La volonté politique : un levier surévalué ?

La lutte contre la corruption, les élections transparentes, le cadre de gouvernance, le climat des affaires, la lutte contre les inégalités, la lutte contre les injustices, la lutte contre l’impunité, etc. sont des piliers de développement de notre société. Ils ne se passent pas un jour, il n’existe pas de territoires où  l’absence, le manque ou la faiblesse des dirigeants à  construire ces piliers ne soient décriés. La quatrième révolution affole les citoyens, l’information et la désinformation omniprésente affolent les uns et les autres. La politique donne le tournis et le politique ne rassure plus.

Dans les salons de velours, où le Don Perignon coule à flot et se boit sans compter, le politique semble impuissant à adresser les maux qui gangrènent le développement des territoires. Qu’ils soient élus national, régional ou local ; qu’ils soient nommés au service du développement le sentiment d’impuissance gagne le cœur des usagers du service publique.

La course de la guillotine qui fonce à vive allure  vers le condamné  accusé de manque de volonté, cache sûrement de nombreux non-dits qui entravent son action.

Défini par les analystes, philosophe,  penseurs ou autres érudits, la volonté politique serait le graal  qui conduit au développement du territoire. Force de constater que la machine qui se grippe, plonge la société dans une défiance, une méfiance et une position revancharde vis à vis de ceux et celles -classé par une opinion dominante, comme des médiocres- qui, exercent une fonction publique mais aussi, une fonction dans les services de base ; les tares de l’un ayant gangrene les autres.

Devrait-on évoquer l’absence de culture politique chez les populations, pour évoquer cette absence d’activation des mécanismes qui obligent le politique et les nommés à rendre compte (qui est une obligation dans la gestion de la chose publique), à mettre en place et animer les outils de démocratie participative, à former de manière continue et pour tous les âges au politique ? Les moyens, le temps, la volonté, les défis du moment se bousculent pour dire non.

L’implosion est au rdv si l’action ne suit pas le discours, doucement mais sûrement, la non-action conduit vers le point de non-retour qui, ouvre une période d’incertitude qui, s’accompagne toujours de nombreux drames qui divisent les Hommes pendant des millénaires. L’action devrait être maintenant car, le temps ne nous appartient pas. La volonté politique ne devrait pas être celle du politique mais de la nation et ses citoyens tous confondues.

Par SBYT

Les commentaires sont fermés.

WordPress.com.

Retour en haut ↑

Social Media Cameroun

Un Regard sur le Cameroun qui RÉUSSIT

uninstantdemoi.wordpress.com/

“Reste fidèle à toi-même, le monde s’ajustera”

murielmbenca.wordpress.com/

Writing consulting services

%d blogueurs aiment cette page :